Les formations en langues avec Linguapolis : la rigueur germanique, le service à l'americaine, et la French Touch en plus !  

Langues et formation

Dans les entreprises, zéro pointé en orthographe

photo article le Monde orthographeAlors que l'écrit est omniprésent dans le monde du travail, les cadres sont de plus en plus nombreux à avoir des problèmes avec l'orthographe. « Je rencontre des difficultés quotidiennes », reconnaît Philippe Derais, 45 ans, directeur commercial. Lorsqu'il écrit un mail à l'un de ses clients ou fournisseurs, il est prudent et se relit attentivement avant de l'envoyer. « Cela me gêne physiquement comme un mal de dos. J'essaye de compenser, de mettre en place des stratégies pour pallier mes difficultés. Mais c'est un vrai handicap », dit-il.
Philippe n'est pas le seul dans ce cas. De plus en plus de cadres, jeunes ou moins jeunes, ont des lacunes importantes en grammaire et en orthographe. Diverses évaluations montrent un effritement lent et progressif de ces compétences. « La maîtrise de l'orthographe d'usage régresse depuis vingt ans, mais aussi la conjugaison et la mise en œuvre des accords », indiquait déjà, en 2012, une note du ministère de l'éducation.
Au niveau international, les pays se comparent non pas sur l'orthographe, mais sur la maîtrise de l'écrit ou la lecture. La France n'est pas très bien classée (21e), selon l'étude Pisa 2012. L'école accorde moins de temps à l'orthographe, en primaire et dans le secondaire. Le niveau de la dictée du brevet des collèges baisse d'année en année. Par ailleurs, les professeurs sanctionnent de moins en moins les fautes. En toute logique, ses faiblesses se retrouvent chez les jeunes diplômés et chez les cadres, malgré leurs études supérieures.


« Marqueur social »
Or l'écrit est de plus en plus utilisé dans le monde du travail, notamment avec l'omniprésence des mails, et les cadres n'ont pas toujours une assistante pour relire leurs rapports et leurs courriers. Les correcteurs orthographiques ont des limites ! Les cadres mettent en place des stratégies de contournement : demander l'aide de collègues ou de proches. « Je vérifie sur Google, j'adapte mon langage pour ne pas utiliser des mots ou tournures de phrases trop bloquantes, et, en cas de document important, je le fais relire à ma femme », confie Philippe Derais. Ce qui pourrait poser des problèmes de confidentialité. « Une bonne orthographe est très importante. Cela peut remettre en cause nos compétences professionnelles », regrette M. Derais.
Pascal Hostachy, responsable du projet Voltaire, qui propose une certification en orthographe sur le modèle du TOEFL (examen d'anglais), le confirme : « Une mauvaise expression écrite peut freiner, voire empêcher une promotion interne. » Une lettre de candidature ou une proposition commerciale truffée de fautes perd toute crédibilité et remet en cause la qualité de service. « L'orthographe est un marqueur social », conclut-il.
Face à cette situation, les entreprises ont élargi leur catalogue de formation en proposant des sessions de remise à niveau en orthographe. « Depuis quelques années, dans le monde du travail, il y a une prise de conscience réelle des enjeux liés à la communication écrite. Au départ, les formations étaient plutôt réservées aux ouvriers et aux employés. Dorénavant, elles s'ouvrent à tous les niveaux hiérarchiques de l'entreprise, cadres compris. L'entreprise forme toute une équipe ou tout un service, implique plus de monde pour ne pas stigmatiser une catégorie de personnes », estime Pascal Hostachy.
Les services commerciaux, support ou après-vente sont les plus concernés. « L'objectif est d'établir ou de rétablir une relation client pérenne. Or cela passe aussi par l'écrit. » Résultat : le marché de la formation en orthographe explose. « Notre chiffre d'affaires réalisé avec les entreprises a doublé en un an. Nous avons travaillé avec 400 sociétés », indique le responsable du Projet Voltaire.

Marché florissant
Différents établissements se sont positionnés sur ce marché florissant : Projet Voltaire, Orthodidacte et des organismes de formation classiques tels que la Cegos. « Le stage "Se réconcilier avec l'orthographe", pour les cadres et managers, fait partie de nos sessions les plus remplies. Celles sur la communication écrite sont également demandées de façon récurrente depuis quatre ans », indique la Cegos.
Des coachs en orthographe apparaissent, Bernard Fripiat ou Anne-Marie Gaignard sont parmi les plus connus. Jeanne Bordeau, fondatrice de l'Institut de la qualité de l'expression, propose également des formations et compte parmi ses clients La Poste ou la Société générale. Les tarifs varient entre 1 500 euros pour 2 jours et 5 000 euros la semaine. Il s'agit de formations classiques ou en e-learning.
Lors d'une période de recherche d'emploi, Philippe Derais avait fait un stage de trois jours avec un coach en orthographe, mais il estime que cela n'a pas été très utile sur le long terme. « C'est comme pour le kiné, sur le moment, cela va mieux, mais rapidement, on perd le coup. » Dernier venu sur le marché : eAngel, un service payant créé aux Etats-Unis qui permet d'avoir ses mails corrigés par des professionnels en différentes langues, et ce, très rapidement. Le marché de l'orthographe semble avoir de beaux jours devant lui.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/emploi/article/2015/01/19/dans-les-entreprises-zero-pointe-en-orthographe_4558865_1698637.html#K24I1SdCkUhYdQy5.99

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites