Les formations en langues avec Linguapolis : la rigueur germanique, le service à l'americaine, et la French Touch en plus !  

Financer sa formation

Réforme de la formation: anticipons!

la réforme en questionsComme nous l'annoncions dans notre article précédent sur le sujet, le DIF va disparaitre progressivement, remplacé par le CPF (compte personnel de formation).

Dès aujourd'hui, il faut savoir que les règles de fonctionnement du CPF ne seront plus les mêmes que pour le DIF. Certes, ce sera toujours l'actif (salarié, demandeur d'emploi...) qui sera à l'initiative de sa mise en œuvre, et le principe de cumul d'heures reste également d'actualité, à savoir 24 heures par an pendant 5 ans, plus 12 heures par an pendant 2,5 ans dans le nouveau système.

En revanche, le choix des formations éligibles au CPF sera extrêmement encadré, la vocation du CPF étant la montée en qualification des actifs via des formations professionnalisantes.

Celles-ci seront définies via des listes de branche, des listes régionales ainsi qu'une liste nationale auxquelles s'ajouteront des formations dites « du socle de compétences » qui seront définies par décret. Quelles formations entreront dans ce socle de compétences ? Les formations en langues seront-elles concernées ?...Difficile de le savoir précisément tant que le décret ne sera pas paru.

Les heures acquises au titre du DIF au 31 décembre 2014 ne seront pas perdues (jusqu'à fin décembre 2020), mais ne pourront être mobilisées qu'en tant que co-financement du CPF, donc soumis aux critères d'éligibilité de celui-ci. Cela signifie que de nombreuses formations qui pouvaient auparavant être financées via le DIF ne pourront plus l'être via le futur CPF.

Forts de cette constatation, et même si les budgets des organismes collecteurs ne sont pas illimités, mais pourquoi ne pas demander à bénéficier de votre DIF encore en 2014, afin d'avoir moins de contraintes dans le choix de votre formation ? Bien entendu, l'acceptation reste soumise à l'accord de l'employeur, et de l'OPCA, mais qui ne demande rien n'a rien...

Entre l'actif censé devenir réellement acteur de son évolution professionnelle (et de la formation tout au long de sa vie active), et l'entreprise qui a comme devoir d'assurer le maintien de l'employabilité de ses salariés, une vraie gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) va devenir incontournable, et un dialogue renforcé entre salariés et employeurs sera primordial.

Alors, pour une vraie gestion des formations, ANTICIPONS !