Les formations en langues avec Linguapolis : la rigueur germanique, le service à l'americaine, et la French Touch en plus !  

Financer sa formation

Je suis salarié : Que savoir sur la formation professionnelle en 2015 ?

31703332 sLa réforme votée le 5 mars 2014 est entrée en vigueur le 1er janvier 2015, bouleversant au passage le paysage de la formation professionnelle, tant par son postulat de base que par ses modalités de mise en place.

Tout d'abord, l'obligation de cotiser et de dépenser qui incombait aux entreprises se transforme en obligation de former.
Ensuite, c'est l'actif qui est maintenant au cœur du dispositif, avec comme objectif avoué la montée en qualification et le maintien de l'employabilité des actifs.
Précisons d'ores et déjà que 2015 sera une année de transition et, compte-tenu de l'ampleur de cette réforme, il est illusoire d'espérer que tout soit fonctionnel au 1er janvier. Tous les décrets ne sont pas encore parus à ce jour, et toutes les listes pas encore validées. Par ailleurs, les cotisations versées par les entreprises sont calculées sur la masse salariale de référence de l'année précédente, soit 2014 et donc sur l'ancien système alors que la réforme et les nouveaux dispositifs sont théoriquement applicables dès janvier 2015. Le système des formations et les « cagnottes » censées les financer ne seront donc pas en phase pendant toute cette année 2015...

Le CPF

La grande nouveauté est l'apparition du Compte Personnel de Formation (CPF) qui succède au DIF en vigueur puis 2004. Ce CPF est créé pour tous les actifs à partir de 16 ans (15 en cas d'apprentissage) et concerne salariés et demandeurs d'emploi (les indépendants et chefs d'entreprise ne sont actuellement pas concernés par le dispositif, tout comme les fonctionnaires).
Il est alimenté de manière similaire au DIF, sur la base de 24h par an pendant 5 ans puis 12h/an (pour un équivalent temps plein) à concurrence de 150h maximum.
Mais la vraie grande nouveauté de ce système est que c'est l'actif qui est au centre du dispositif et non plus l'employeur. L'actif devra demander la mobilisation de son CPF, non plus auprès de son employeur, mais via un site dédié. Si la formation se déroule hors temps de travail, le salarié n'a même plus l'obligation d'en informer son employeur. Cependant, elle doit répondre à un certain nombre de critères pour pouvoir être prise en charge. Elle doit en effet figurer sur une liste de formations éligibles:

  • Soit une liste interprofessionnelle nationale ou
  • Soit une liste régionale ou
  • Soit une liste de branche (une par secteur d'activité)

Par ailleurs, un certain nombre de formations relevant du "socle commun de compétences" seront également éligibles au CPF et mobilisables de droit.

La mobilisation du CPF doit s'effectuer via le site internet www.moncompteformation.gouv.fr . En se connectant avec son numéro de sécurité sociale, l'actif doit renseigner les différentes rubriques et définir un mot de passe pour sécuriser son compte. Il va également saisir son solde d'heures de DIF (figurant sur l'attestation obligatoirement remise par son employeur au plus tard le 31 janvier 2015 et mentionnant les heures DIF acquises au 31/12/2014). Attention, lors de la 1ère mobilisation du CPF, il devra présenter cette attestation pour valider ces heures. Il faut donc bien la conserver !

Ensuite, pour saisir sa demande, il faudra saisir le code de la formation souhaitée (codes en cours d'attribution). C'est là que le système bloque actuellement...

Le taux horaire de prise en charge par heure de CPF (ou des ex-heures de DIF) ne suffira pas, dans la majorité des cas, à couvrir les coûts de formation (à priori, 13€ HT/heure). Sachez que des abondements (= des co-financements) peuvent être accordés via différents dispositifs, et que contrairement au DIF, l'actif peut financer lui-même une partie des coûts. L'employeur peut également participer, sous réserve bien entendu qu'il y trouve un intérêt et que le salarié l'en ait informé et l'ait sollicité. Les abondements possibles seront consultables sur le site www.moncompteformation.gouv.fr .

tableau abondements CPF

Un projet ne pourra mobiliser plus de 150 heures à chaque demande, les ex-heures de DIF étant mobilisées en priorité, puisqu'elles deviendront caduques au 31 décembre 2020.

Le cas des langues (français, anglais, italien notamment pour notre région) n'est pas encore tranché à ce jour. Mais le grand esprit du CPF, qui est d'amener davantage d'actifs à un meilleur niveau de qualification, devrait également pouvoir s'appliquer pour les langues concernées. On devrait donc assister à un large développement des certifications linguistiques, via des tests comme le TOEIC ou le BULATS pour l'anglais, ou des diplômes comme le DILF, le DELF ou le DALF pour le français langue étrangère.
Les grandes inconnues restent donc à ce jour principalement les contenus des différentes listes, le détail des formations entrant dans le socle commun de compétences et les certifications visées, ainsi que les taux de prise en charge par les OPCA.

Pour accompagner les actifs, un Conseil en Evolution professionnelle (CEP) a été créé. Il comprend Pôle Emploi, l'APEC, les Missions Locales, Cap Emploi et les OPACIF. Ces institutions seront en charge de conseiller les actifs sur leur carrière professionnelle et leurs potentiels besoins en formation (de manière indépendante de l'employeur), et de les accompagner dans la mobilisation de leur CPF.

Gageons que 2015 sera une année mouvementée et une période trouble dans la mise en place de toutes ces nouveautés, mais il appartient désormais à chaque individu de prendre l'initiative de son évolution professionnelle, avec ou sans son employeur !

Abondements / Co-financements

Pour tous

Selon les situations

Compte Personnel de Formation

(150 h maxi)

Solde DIF

(jusqu’en 2021)

Etat, Conseil Régional

(formation initiale différée)

Mobilisable de droit

Entreprise

Pôle Emploi

(CSP, POE)

Individu

(financement perso)

Fongecif

(CIF)

OPCA

(période de pro.)

Agefiph